fbpx

Pénalités au golf :comprendre la logique au-delà de la règle

Comprendre les pénalités
Comprendre les pénalités

Je rencontre souvent des golfeurs qui ont des difficultés à compter leurs pénalités sur les parcours.

La plupart des golfeurs s’embrouillent à se demander si tel ou tel coup donne 1 ou 2 points de pénalité et sont donc régulièrement embêtés avec leur score.

C’est aussi une des difficultés que je rencontre quand je compte mes points avec certains partenaires :  je ne compte pas les pénalités comme eux.

S’il vous arrive aussi d’avoir quelques difficultés à retenir les pénalités à appliquer, voici le moyen très simple que j’utilise pour toujours compter correctement : il suffit juste de suivre le mouvement de sa balle.

Explications :

La logique derrière la pénalité

En fait, il suffit de comprendre qu’une pénalité n’est qu’un point utilisé pour replacer la balle à un endroit jouable.

C’est aussi simple que ça et je vais vous le montrer à travers 2 exemples fréquemment rencontrés sur les parcours de golf

Pénalité pour balle dans l’eau

Quand notre balle atterri dans un obstacle d’eau (latéral ou frontal), nous pouvons, bien sûr jouer la balle ou choisir parmi 2 options qui entraînent une pénalité :

1- Dropper la balle près de l’endroit où la balle est rentrée dans l’obstacle (la procédure dépend alors du type d’obstacle) avec 1 point de pénalité
2- Rejouer la balle de son point de départ avec 2 points de pénalité

Beaucoup de joueurs s’emmêlent les pinceaux avec cette règle.

Pourtant, il suffit de se rappeler que, en dehors des problèmes liés à la qualité du parcours, une balle de golf ne bouge jamais gratuitement.

Quand vous tapez votre balle (1 coup) et qu’elle arrive dans l’eau vous pouvez soit :

1- La faire bouger jusqu’à un point où la dropper drop (1 coup virtuel) puis la taper (1 coup réel)
2- La ramener jusqu’au départ de votre coup (1 coup virtuel) puis la taper (1 coup réel)

Pénalité pour hors limite

Ici aussi, beaucoup de golfeurs compteront 2 points de pénalité en plus de leur score. Pourtant, là encore, il suffit de suivre le mouvement de la balle (même virtuel) pour compter correctement :

1- Taper la balle (1 coup) qui finit hors-limite
2- Ramener la balle sur le tertre de départ (1 coup virtuel)
3- Retaper la balle (1 coup)

Tout cela revient scrupuleusement au même.

En conclusion

J’ai toujours trouvé cette façon de compte plus facile à comprendre et surtout plus simple à mémoriser.

Et vous ? Quels sont les points de règle qui vous posent régulièrement problème ?
Dites-le moi dans les commentaires ci-dessous !

Je lirai chacun des commentaires et je verrai s’il y a d’autres façons d’envisager les règles de golf.

A bientôt.
Jérôme

Crédit photo : Paternité Certains droits réservés par jurvetson

10 réflexions sur “Pénalités au golf :comprendre la logique au-delà de la règle”

  1. Bonjour,
    « 2- Rejouer la balle de son point de départ avec 2 points de pénalité. »

    Ca, comme vous l’expliquez vous même,est mal présenté.
    Ca voudrait dire qu’on va jouer le quatrième coup alors qu’on ne joue que le troisième, non ?

    Golfiquement

    1. Mais dans ce cas n’est-il pas mieux de jouer une balle provisoire?
      Je fais partie des hyper-hermétiques à ces règles, j’espère que ce n’est pas contagieux, excusez-moi
      Nettoyage de la ligne de putt toujours interdite?
      Comment jouer dans l’eau sans la toucher?

      1. On ne peut pas jouer une balle provisoire quand notre balle est tombée dans un obstacle d’eau.

        En revanche, pour considérer que la balle est dans l’obstacle d’eau, il faudrait, normalement, l’avoir vue y tomber.

        Très souvent on considère qu’elle est dedans sans l’avoir vue et on se drope, mais il faut vraiment la voir tomber, sinon, c’est une balle perdue et on doit rejouer du même endroit et dans ce cas, on peut jouer une provisoire.

        Donc :
        Soit vous voyez votre balle tomber ou rouler dans l’obstacle d’eau et vous pouvez vous droper ou rejouer avec la pénalité.
        Soit vous ne voyez pas votre balle et vous devez la considérée comme peut-être perdue et jouer une provisoire.

        Si vous la retrouvez dans l’obstacle d’eau, dans les 2 cas, vous devez jouer selon la règle de l’obstacle d’eau.
        Si vous ne la retrouvez pas (et peu importe où elle est, elle est juste perdue) alors vous jouez votre provisoire.

        @+

        Jérôme

  2. Excuse-moi, mais je pense que tu as fait une erreur (cf : http://ffgolf.org/multimedia%5Cmedias/9_632778617172991281.pdf)
    Je ne pense pas que si tu retournes au départ tu aies 2 coups de pénalité. Tu as 1 coup, comme dans l’autre cas…
    Du moins je crois…

    Pour les coups de pénalités, ce que m’avait dit ma pro était simple :
    – 1 coup, si tu n’y peux rien (coup dans un obstacle d’eau,…)
    – 2 coups si c’est de l' »anti-jeu », genre dégager la ligne de putt,…

    Voilà !

    Merci pour ton site !

    1. A Bernie et Giordanella.

      Merci de vos commentaires. Ce que je pensais avoir expliqué facilement, ce n’est finalement peut-être facile à comprendre que pour moi en fait !

      En fait, ce que je voulais pointer, c’était que, justement, beaucoup de golfeurs s’embrouillent sur la façon de compter les points de pénalité sur les obstacles d’eau. C’est réussi ! Je me suis moi-même embrouillé 😉
      Beaucoup de joueurs ne comptent en fait pas ce premier coup et s’ajoutent directement 2 points de pénalité.

      Je voulais dire que si vous rejouez votre coup, il faut compter 1 point de pénalité (c’est le prix pour avoir le droit de rejouer).

      Comme le dit Bernie, en cas d’anti-jeu, c’est 2 points mais on ne rejoue pas le coup.

      J’espère que j’ai été plus clair. Je pense que je suis bon pour réécrire cet article !

      Merci de vos retours en tous cas.

  3. En fait, ça coute 1 coup pour se droper hors de l’obstacle ou retourner au départ si la balle est hors limite ou perdue.
    On joue 3 dans les deux cas !

  4. Une autre question tout à fait à part :
    Peut-on deblayer le trrain pour se dégager du bois sans pénalité ? (par exemple enlever une grosse branche coupée laissée là mais qui gêne la sortie du bois )

  5. Quel est l’intérêt de retourner au départ plutôt que de dropper de l’endroit où la balle est injouable ?
    On a forcément avancer un peu donc moins de distance à faire et vu que la pénalité est la même…

    1. C’est une possibilité, effectivement pas toujours la meilleure.

      Il n’en reste pas moins que si votre balle a fait peu de longueur et que le drop vous positionne derrière 3 arbres de 15 mètres de haut et avec l’intégralité de l’obstacle d’eau à traverser et le tout dans un lie de rough avec les pieds en pente, il est peut-être sage de retourner au départ !

      Ou alors, vous risquez de vous droper, rater un recovery (voire 2) pour arriver au même endroit qu’un départ réussi, mais en 4 au lieu de 3.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *