Putting : Comment améliorer votre routine et rentrer plus de putts

Une routine de champion

Une routine de champion

La routine est un des éléments les plus importants dans la plupart des sports et au golf en particulier.

Que vous regardiez un match de basket, un match de Rafaël Nadal ou le dernier tournoi de golf, vous avez remarqué l’omniprésence de la routine : la balle rebondit toujours le même nombre de fois au sol, on la fait tourner dans ses mains, Nadal tire légèrement sur son caleçon (chose détestable à mon sens, mais qui a une très grande importance pour lui).

La routine a 2 objectifs :

Le premier est de se détendre, d’évacuer le stress du corps. Mais elle a un autre objectif que moins de gens connaissent et qui est bien plus important.

Mais avant toute chose, voici la routine de Tiger Woods qui reste un des meilleurs putters au monde :

La vitesse de la routine

On voit que la routine de Woods est rapide : 20 secondes environ.
La routine n’a, en effet, pas besoin d’être longue ou courte. Elle a besoin d’être et surtout de toujours pouvoir être reproduite à l’identique.

Il vaut mieux donc éviter les routines trop longues qui vont amener vos partenaires de jeu à s’impatienter.

Les phases de la routine

Elle se déroule en 4 phases : stratégique, tactique, action et post-action.

Phase stratégique :

Woods analyse les pentes en plaçant derrière sa balle (souvent après être allé regarder derrière le drapeau).

Il place ses mains autour de sa casquette. Ce petit geste a un intérêt limité, mais cela crée un rituel physique, facile à reproduire en toute circonstance (sauf si Woods perd sa casquette) qui va lancer la routine.

Puis il va à sa balle. Vous remarquerez qu’il met sa main à sa poche, peut-être est-ce un symbole inconscient du Money Time (vous connaissez l’expression anglo-saxonne : Drive for the show, putt for the money qui signifie que c’est sur le green que se joue la victoire)

Phase tactique :

Woods se place pour effectuer un coup d’essai.
Il regarde une fois le trou puis fait un premier balancier et un second en regardant le trou (certainement, d’ailleurs en imaginant sa balle rentrer dans le trou).
Greg Norman disait : « Je n’ai jamais joué un putt que je n’ai pas imaginé rentrer dans le trou ».

Phase action :

Il approche d’abord ses pieds, puis place son club. Un coup d’œil au trou, il bouge ses pieds, une manière de ne pas être trop statique et de trouver le meilleur appui.

Il regarde à nouveau le trou puis, dès que son regard revient sur sa balle, il exécute son swing de putt.

Phase post-action :

il se dirige vers le trou pour relever sa balle et adresse un salut au public ce qui est aussi une manière se féliciter d’avoir réussi.

Cette phase est oubliée par la plupart des golfeurs et elle a pourtant une importance considérable.

Les deux utilités de la routine au golf ?

Mettre le golfeur dans sa bulle, d’essayer d’évacuer le stress.

Une bonne routine va donc vous permettre de prendre toutes les informations nécessaires à un coup réussi (lecture des pentes, du grain de l’herbe, de la distance etc…).
Vous allez aussi faire un coup d’essai (ou parfois un mouvement d’essai si vous voyez la nuance) qui va vous aider  détendre vos muscles.

Lancer le processus de restitution de l’apprentissage

Vous connaissez tous Pavlov. Il a démontré que lorsqu’on créait une séquence précise et qu’on la répétait suffisamment, on créait un comportement déterminé de l’organisme.

En clair, si vous faites sonner une clochette, puis que vous claquez des doigts, puis que vous donnez un sucre à votre chien une centaines de fois, au bout d’un moment, le chien commencera à saliver en entendant la clochette.

Eh bien, c’est la même chose pour un golfeur. En créant votre routine, vous allez amener votre cerveau à produire une réponse conditionnée. Et si la réponse en question est un bon putt, alors votre routine produira un bon putt ! Une séquence précise engendre une réponses programmée.

C’est aussi simple que cela.

Et le plus beau, c’est que cela fonctionne dans les 2 sens : vous ancrez plus rapidement un geste si vous l’associez à une routine et vous restituez plus facilement ce geste en lançant la routine. C’est pour cela qu’il faut vous féliciter pour chaque putt réussi ! (phase post-action)

Moralité : si vous voulez bien putter, vous devez avoir toujours la même routine quelle que soit la difficulté des putts que vous jouez !

Et vous ? Expliquez-moi dans les commentaires quelle est votre routine au putting ? L’avez-vous préparée consciemment ? Est-elle toujours la même ?

Je lirai vos commentaires avec intérêt !

Commenter avec Facebook :

Laisser une réponse