Un échauffement efficace pour performer sur le parcours de golf

Golf : S'échauffer pour mieux performer sur le parcours

Golf : S'échauffer pour performer sur le parcours

Cet article est le dernier de la série qui aborde l’entraînement au practice de golf et l’échauffement avant le parcours.
Le premier article s’intitule Un entraînement efficace pour progresser au golf  et le suivant S’entraîner efficacement pour progresser au putting.

Contrairement à l’entraînement, le but de l’échauffement avant un parcours n’est plus de travailler un point de technique, mais de réveiller vos muscles (surtout si vous avez un départ à 8h30) et de vous mettre en condition pour attaquer votre premier départ et le premier trou.

Il s’agira donc de monter progressivement en tension et en concentration : du putting au practice. 1/2 heure, pas plus.

Echauffement sur le putting green

La meilleure façon de réveiller les muscles tout en prenant contact avec le parcours, c’est aller sur le putting green.

Comme mon objectif est de monter en concentration et en tension, je commence par taper 4 ou 5 putts immanquables, ces putts de 20 cm que je ne peux pas rater.
Mon but est de commencer en me mettant en confiance alors que, parfois, je ne suis pas du tout réveillé (et je ne parle pas que de mes muscles…).

Puis une dizaine de putts vers nulle part.
Il s’agit de putts sans objectif précis autre que la sensation (voir Putter Mind : La méthode pour scorer qui présente cette méthode). Quelques putts courts, quelques putts moyens, quelque putts longs.
Mon seul objectif, c’est de voir quelle est la vitesse du green.

Puis une dizaine de putts vers la bordure du green.
Ici encore, je veux éviter de m’entraîner à rater : comme vous le savez, passé 1 mètre 80, nous ratons plus de la moitié de nos putts. Vraiment pas ce que je cherche pour préparer mon mental !
Je vais donc taper vers la bordure du green pour y faire mourir ma balle depuis plusieurs longueurs, plusieurs pentes (en montée, en descente, de gauche à droite et inversement) histoire de sentir si les greens prennent les pentes ou pas.

On passe au bord du putting green

Sortez un Pitch Wedge et un Fer 7.

Tapez 10 approches roulées avec chaque club en essayant de varier la longueur totale et la longueur à passer avant le green.

Ne tapez pas 2 fois le même coup, ça ne sert à rien : sur le parcours vous aurez rarement l’occasion de le faire (et ce sera rarement une bonne nouvelle pour votre score).

Ne visez pas un trou précis : travaillez juste les sensations.

Direction le practice / driving range

Après cette trentaine de petits coups, le réveil musculaire a commencé, mais vous n’êtes pas encore chaud ! On ne sort donc pas le driver, mais on garde notre PW pour quelques approches levées.

Petit aparté : comme je l’ai dit au début de l’article, nous sommes sur le practice pour nous échauffer pas pour régler des problèmes techniques. Nous allons donc frapper des balles sans rien chercher à corriger : c’est trop tard !

La clé de swing

Dans le livre Je Veux Jouer au Golf avec Régularité, Jean-Emmanuel Elbaz aborde une notion que je trouve particulièrement pertinente : la pensée du jour ou clé de swing.

Il s’agit d’identifier, dans votre geste de golf, un élément important, formulé de manière positive, qui vous paraît essentiel pour obtenir un swing efficace.
Pour moi, en ce moment, c’est « contrôle ». C’est la clé de swing.

Avant chaque coup, au practice ou sur le parcours, vous ne devez garder que cet élément en tête.
Pourquoi ? Parce que si vous avez plus d’un élément, vous allez vous embrouiller. Si vous essayez de monter lentement, lancer le bas du corps en premier, bien passer les mains, garder la tête sur la balle etc… vous n’avez aucune chance.

A l’entraînement, trouvez votre clé de swing et ne gardez qu’elle au moment de frapper.

Pour moi, « contrôle » signifie aussi bien ne pas monter trop vite et ne pas taper comme une brute. Cela signifie aussi que je dois avoir « contrôlé » que tous les paramètres (grip, alignement, posture) sont sous contrôle.

Avant chaque coup, répétez votre clé de swing et oubliez le reste : votre cerveau reptilien sait bien mieux jouer au golf que votre cortex !

Sur le tapis de practice

Un jeton ou 36 balles pas plus, pas moins.

Commencez par quelques mouvements à vide puis tapez 10 approches levées vers un objectif précis en 1/2 ou 3/4 de swing. Vous en êtes encore à l’échauffement.

Puis taper les fers 9 à 5 2 fois chacun en changeant de club à chaque fois.

Tapez quelques bois de parcours si vous les jouez ou bien votre hybride si vous en avez un puis complétez avec un ou 2 drives.

Il devrait vous rester entre 5 et 8 balles.

Juste avant de démarrer

Maintenant, il faut monter la tension pour se préparer au 1er départ.

Si vous connaissez le parcours, jouez le/les premiers trous comme si vous y étiez. Imaginez vous le trou, le fairway, le drapeau, les bunkers. Essayez même de visualiser vos partenaires, le starter etc.

Si vous ne connaissez pas le parcours, jouez le/les premiers trou de votre parcours habituel ou préféré.

Let’s go !

Allez-y : c’est le moment du départ. Soyez-y 5 minutes avant. Déjà, c’est la règle, c’est la moindre des politesses et ça vous permet de pouvoir reprendre votre souffle avant votre premier coup (avec le stress, parfois, on s’essouffle plus vite).

Vous ne pouvez pas rater ! Soyez-en convaincu et ça arrivera.

Et vous, quelle est votre séance d’échauffement classique ? Avez-vous une organisation spécifique ou bien est-ce en fonction du moment ? Racontez-moi vos séances avant le parcours dans les commentaires.

Je lirai vos commentaires avec attention et y répondrai personnellement.

Commenter avec Facebook :

Laisser une réponse